Présentation FEL-DILICOM PDF Imprimer Envoyer

Présentation de DILICOM et du FEL


Depuis le Salon du Livre de Paris en mars 2009, des « bruits » circulent sur un rapprochement entre ELECTRE et DILICOM, voire pour certains de projets de fusion/intégration de DILICOM par ELECTRE. Il semble donc important pour l’ALIRE de faire le point et d’apporter une contribution au débat en rappelant l’historique et les spécificités de DILICOM.

 

I. CONTEXTE
• Souhait de vouloir concentrer les deux bases de données ELECTRE et le FEL avec l’idée qu’il y ait des gains de productivité potentiellement possibles et des économies réalisables. 
• Volonté de répondre au rapport Patino et de faire voir le jour à une base de données livres gratuite sur Internet.
• Il existe des bases de données non prises en compte autres que le FEL et ELECTRE : Opale, Decitre, Tite Live, Mocam, Amazon, Google, etc., la plupart étant abonnées au FEL.
• Méconnaissance d’une majorité d’acteurs de l’interprofession sur les services et les spécificités de DILICOM.
• Les finalités et les structures de gouvernance de DILICOM et d’ELECTRE sont très différentes.

 

II. RAPPELS HISTORIQUES
• ELECTRE a revendu aux distributeurs et aux libraires (via l’ALIRE) sa filiale créée pour l’activité de commandes EDI, devenue EDILECTRE, puis transformée en DILICOM. Fortement déficitaire les premières années, DILICOM est devenue une SAS équilibrée, voire rentable. Toutefois, depuis l’origine, aucune distribution de bénéfices n’a été faite aux actionnaires de DILICOM. Les bénéfices et gains de productivité ont toujours fait l’objet de baisses de tarifs pour les utilisateurs, d’investissements ou d’augmentation de services et de messages pour le même coût à l’exemple du nouveau modèle économique décidé en 2006 : la seule ligne de commande payée supporte les coûts de l’ensemble des autres messages EDI, dont la facture dématérialisée. Les gains sont redistribués aux usagers des services de DILICOM.
• L’ALIRE est une association loi 1901 qui regroupe les usagers des services de DILICOM. Elle organise en son sein la représentation des libraires et des adhérents, elle débat des orientations des travaux demandés par les libraires, elle participe aux travaux sur les messages EDI avec les distributeurs et siège au Comité de Direction de DILICOM. Elle détient aujourd’hui 25% du capital de la société.

 

III) LE FEL (FICHIER EXHAUSTIF DU LIVRE)
La CLIL, DILICOM et HACHETTE LIVRE (branche industrie et services) ont conclu en 1998 une Convention de constitution du Fichier exhaustif du Livre (FEL) regroupant les Fiches Produit du Livre dont elles sont productrices ou dont elles assurent l’exploitation. Dans le cadre de cette convention, les parties assurent en commun l’exploitation commerciale du FEL afin de faciliter à des professionnels de la vente du livre, la recherche et l’identification des ouvrages à commander.

 

A) Objet du contrat
Selon la convention précitée, la CLIL - en sa qualité d’administrateur du FEL - choisit en accord avec les autres parties de ladite convention, l’opérateur chargé de la gestion du FEL. La CLIL a considéré satisfaisantes les réponses de DILICOM à l’appel d’offres et au cahier des charges de septembre 1998 concernant la gestion du FEL. La proposition d’ELECTRE n’avait pas été retenue lors de l’appel d’offres de la CLIL. Le contrat de prestation de services a donc été conclu avec DILICOM. Il est approuvé et signé par les parties signataires de la Convention de constitution du FEL. À ce titre, la CLIL, en tant qu’administrateur du FEL et avec l’approbation des parties signataires de la Convention de constitution du FEL, charge DILICOM de la gestion et de la diffusion du FEL. Le contrat est conclu pour une durée de cinq ans renouvelable.

 

B) Rôle et mission du FEL
Il y a des centaines de milliers de titres disponibles en France, et chaque jour ce sont des milliers de mises à jour qui sont nécessaires. Compte tenu du caractère très hétérogène de l’édition et de la distribution, il est très difficile pour un libraire d’être certain de mettre à jour correctement ses fichiers. Voilà pourquoi DILICOM est chargée de rassembler puis de diffuser des catalogues électroniques, à vocation commerciale, de façon à permettre à un libraire de bien gérer ses commandes.
• Le FEL alimente ELECTRE pour la partie disponibilité et prix des ouvrages. Le FEL est en amont de toute la chaîne d’information puisqu’il reçoit ses données de la part des distributeurs ou éditeurs.
• Le FEL est communiqué à la BNF qui, en échange, fournit des notices au FEL (abrégées et longues) et l'interopérabilité des deux.
• Tandis qu’ELECTRE est une base « bibliographique » (issue de Bulletin du Livre de France et du Catalogue des Livres disponibles) consultable sur abonnement, le FEL est une base « commerciale » appuyée sur l’Échange de Données informatisé (EDI) entre les libraires et les distributeurs, base consultable gratuitement pour tout revendeur sur le site Internet de DILICOM. Il faut noter la différence entre ce fichier commercial, très simplifié mais garanti par les distributeurs, et les fichiers bibliographiques, qui comprennent de nombreuses rubriques très élaborées (traduction, résumés, critiques, etc.).
• Le FEL est intégrable (sur abonnement) dans les systèmes des libraires et utilisé pour « charger » et faire connaître les titres avant parution afin de faciliter l’intégration des nouveautés. 
• Le FEL est mis à jour quotidiennement et automatiquement par les distributeurs à partir de leurs systèmes informatiques puis, après traitement et contrôle par Dilicom, diffusé vers les abonnés.
• La source du fichier est la déclaration des distributeurs. Les champs sont placés sous la responsabilité des déclarants ou émetteurs, DILICOM n’intervenant jamais sur le contenu, sauf pour signaler erreurs, champs non remplis, inexactitudes constatées par les utilisateurs, etc. (Plans de contrôle-qualité).
• Le FEL est donc soumis à un plan qualité sur les titres enregistrés, dont les critères de satisfaction sont la concordance des prix et de la disponibilité avec les stocks chez les distributeurs, etc.
• En échange de ce plan qualité sur le FEL, les distributeurs se voient restituer jusqu’à 90% des sommes investies annuellement pour le référencement des titres de leur catalogue si les tests sont positifs.

 

C) Le FEL en mutation
• Une adaptation de la fiche produit du FEL est envisagée afin d’améliorer l’affichage des données et de prendre en compte l’arrivée des produits numériques. Une demande a donc été rédigée dans ce sens à la CLIL pour voir évoluer le FEL vers un FEL2.
• Envisagée à l’origine du FEL, l’intégration des 1ère et 4e de couverture avait finalement été jugée en 1998 prématurée (problèmes de normes, de capacité de mémoire d’alors et flou juridique). La question a été relancée en 2008 sur la demande de plusieurs SSII, d’éditeurs indépendants et des libraires utilisant le FEL, estimant que ces éléments font partie intégrante des données nécessaires pour la commercialisation du livre aujourd’hui (sites Internet des libraires). Une demande a donc été faite à la CLIL par le Comité EDI de DILICOM pour actualisation de la Fiche Produit du Livre.

 

IV. MODE DE GOUVERNANCE
• Le capital (128.768 €) de la Société DILICOM (Société par Actions simplifiée) est réparti entre ses principaux partenaires, aucun d’entre eux ne pouvant avoir plus de 25% des parts. Le capital est réparti entre 18 actionnaires dont notamment douze distributeurs et trois institutions de l’interprofession telle l’ALIRE.
• Les actions de l’ALIRE représentent 25% du capital de DILICOM.
• DILICOM s’appuie sur un modèle de transparence et d’efficacité interprofessionnelle.
• C’est au sein de DILICOM et de ses instances que les premières réflexions interprofessionnelles sur le numériques ont eu lieu. Cela a débouché sur l’organisation d’un colloque DILICOM-ALIRE (juin 2007) et les travaux de la Commission numérique ALIRE-SLF (Accueillir le numérique ? Une mutation pour la librairie et le commerce du livre, La Découverte, 2008).
• Lieu où il est question de « technique » et non de « politique ». Les décisions de développement sont prises en commun dans le seul intérêt du métier.
• DILICOM se présente comme une structure commune absolument unique dans l’interprofession où les décisions sont prises et gérées en commun au travers deux organes de gouvernance statutaires constitués de libraires et de distributeurs que sont :

 

A) Le Comité de Direction
Présidé par Hubert Didierlaurent depuis 2004, ce comité de direction détermine les orientations de la société et veille à leur mise en œuvre. Les affaires courantes lui sont présentées par le Directeur général, les choix nécessaires sont discutés, le budget est élaboré et suivi. C'est l'organe exécutif de l'entreprise. Le Comité se réunit tous les deux mois, ses réunions font l'objet d'un ordre du jour et d'un compte-rendu. Deux représentants de l’ALIRE (bientôt trois), représentent les libraires usagers.

 

B) Le Comité EDI
Ce comité a été créé en 1997, à la demande de l’ALIRE, pour renforcer la présence des libraires au sein des orientations et des décisions de DILICOM. Il a pour objet de proposer des orientations sur l'usage de l'EDI dans le secteur commercial du livre, ainsi que de veiller à la transparence et à la répartition des coûts entre les partenaires des différents services. Le président de l'ALIRE, en tant que représentant des libraires, assure la présidence du Comité EDI. Ce comité se réunit tous les deux mois, en alternance avec le Comité de Direction et ses réunions font l'objet d'un ordre du jour et d'un compte-rendu. Cette structure, au départ informelle, est maintenant statutaire. Elle a été inscrite dans les statuts de DILICOM lors de son passage en SAS.

 

V. LES ACTIVITÉS DE DILICOM
A) Les messages EDI
La fonction de DILICOM est de permettre le transfert électronique, directement d’un ordinateur à un autre, de plusieurs catégories de messages.
• Les messages traditionnels : Commandes, Avis d’expédition, Journal des Mouvements Livre, Synthèse de Prospection nouveautés-SPS, CNN-CCS.
• Il est à noter qu’en 2008, ce sont 86,8 millions de lignes de commandes qui ont été traitées  contre 45 millions en 2003. 
• Les commandes par EDI, via le serveur DILICOM, est le premier moyen pour les libraires de passer leurs commandes de réassort, avant le fax, le téléphone ou le courrier.
• Les messages Péri-EDI se développent.

 

B) Les services
• La Fiche Produit du Livre constitutive du FEL (5.000 maj. par jour en moyenne)
• La facture dématérialisée : activité en plein essor (2007 : 140.000 ; 2008 : 400.000 ; prévisions 2009 : 800.000).
• Le Web DILICOM (nouvelle version en mai 2009).
• Les sites Web distributeurs (avec suivi des commandes, du portefeuille comptable, etc.).
• PLUME : logiciel de prise de commandes pour représentants.
• DILICOM prestataire de la SOFIA pour les déclarations DDP en EDI.
• La gestion des GLN pour le compte de la CLIL.
• La gestion des formats : compte tenu de la diversité des équipements informatiques utilisés par les partenaires du circuit du livre, DILICOM traite tous les formats en usage.
• La représentation de la profession aux instances du GS1.

 

                                             2007                                2008                   2007/2008              Prévisions 2009


Total lignes EDI                  130 879 391               152 960 703                  17%                      170 000 000
Factures dématérialisées       140 887                      403 529                 186%                          1 000 000
FEL                                                                                                                                            1 M fiches

 

VI. MODÈLE TECHNIQUE
• Référence 1.1 millions de titres représentant 5.500 éditeurs
• Développe des messages usuels propres au commerce et à la distribution du livre.
• Outils au service de tous.
• Multiplication des services et extension de leur périmètre au profit de tous.


VII. MODÈLE ÉCONOMIQUE
• Outil financé par l’EDI lui-même.
• Les bénéfices annuels de DILICOM sont réinjectés dans l’outil pour son développement et la baisse des tarifs.
• Tarifs modiques et décroissants / services évolutifs / performance prouvée.
• Utilisé par 7.000 libraires et 540 distributeurs.
• Le FEL représente 15% du CA de DILICOM.
• Le budget et les bilans comptables sont transparents. Il n’y a pas de course à la rentabilité mais une recherche du plus juste équilibre dans le but d’offrir les meilleurs prix de service. Les bénéfices ne sont pas chez DILICOM mais chez les utilisateurs. Au 31 décembre 2008, les comptes se caractérisent par les éléments suivants :
- Chiffres d’affaires HT             3 958 482 €
- Résultat net comptable           170 275 €


Depuis vingt ans, DILICOM facilite ainsi la commercialisation du livre entre les distributeurs et les libraires en France. Son outil et ses services performants permettent à toute une profession de bénéficier d’une réelle efficacité, d’une grande fiabilité et d’une productivité incontestable. DILICOM apporte aux distributeurs autant qu’aux libraires les meilleurs niveaux de la performance nécessaire à leurs développements. Son économie rentable et fédératrice, sa gouvernance vertueuse et son professionnalisme reconnu représentent un modèle. Il est donc essentiel de le préserver au mieux afin d’assurer l’équilibre et le fonctionnement même de l’ensemble de cette profession.


Bureau de l’ALIRE
R. E. Hardin, T. Lecompte, F. Maillot, F. Milliet, B. Picard.
Paris, 20 avril 2009

 

S'abonner à notre Flux RSSNous suivre sur Facebook


Contacter l'ALIRE

ALIRE
Association des librairies informatisées
& utilisatrices de réseaux électroniques
Tél/fax : 01 58 46 27 98
port : 06 58 68 34 61
alire@alire.asso.fr

Président :
Bertrand Picard (librairie Gibert Jeune)

Déléguée Générale : Sophie Saint-Marc


Adhérer

Adhésion

Echanger

Liste de discussion réservée aux libraires TMIC

>>inscription auprès de l'ALIRE<<


Liste de discussion réservée aux libraires Librisoft

>>inscription auprès de l'ALIRE<<